Dr Maria Montessori

C'est suite à la naissance de mon premier fils que je me suis intéressée à la philosophie du Docteur Maria Montessori.


Je cherchais quelque chose de différent du système scolaire traditionnel qui n'est plus adapté. 

En me formant à cette pédagogie pour mes fils, je ne m'attendais pas non plus à découvrir autant. Le petit enfant possède en lui un potentiel immense, inestimable qui ne demande qu'à être nourri. L'enfant aime apprendre, aime la difficulté lorsque tout son environnement est adapté, réfléchi, ordonné. L'adulte fait partie de l'environnement par son attitude, entre autre. 

L'approche Montessori" est actuellement très à la mode. Les commerçants ont bien compris cela et malheureusement cela a contribué à réduire cette pédagogie à du matériel. Or, le point central de cette pédagogie est l’attitude de l'adulte (80%) puis le matériel (20%). 

Adhérer en tout ou en partie aux idées de Montessori n'est pas fait pour tous les adultes. En effet, cela doit être un choix et non imposé par une hiérarchie, sinon cela ne fonctionne pas. Ce n'est pas facile. Cela demande une grande remise en question : de soi, de son attitude en tant que parent, d'éducateur, de l'éducation reçue des parents et des nombreux enseignants rencontrés, de la place de l'adulte vis-à-vis d'un enfant. Cela demande un certain lâcher-prise. Lâcher des croyances. Lâcher des habitudes. Oser faire confiance. 


Quelques réflexions personnelles que je vous partage

Selon moi, voici la place de l'adulte par rapport à l'enfant :

L'adulte a l'expérience que l'enfant n'a pas encore.

L'adulte n'est pas un savant. Il ne sait pas tout, le reconnaît et fait preuve d'humilité.

L'adulte est le garant de la sécurité de l'enfant.

L'adulte se remet en question.

L'adulte ne fait pas à la place de l'enfant. 

L'adulte est un guide. Il accompagne. Il est à côté.

L'adulte apprend à se taire aussi.

L'adulte est bon et juste. S'il n'y arrive plus, il se fait aider, surtout s'il travaille avec des enfants. Il est plus facile d'éduquer que de rééduquer. 

L'adulte a appris le développement physiologique du cerveau de l'enfant, il sait que l'enfant n'est pas un adulte miniature.

Il n'y a pas d'adulte, de parent, d'éducateur, d'enseignant parfait. L'enfant aussi a le droit de ne pas être parfait.

La maïeutique selon Socrate, c'est l’art d'accoucher les esprits.  Chacun porte en lui le savoir, sans en avoir conscience parfois. J'aime beaucoup cette phrase de M.Montessori : "L'enfant n'est pas un vase que l'on remplit mais une source que l'on laisse jaillir". 

L'enfant est comme une petite semence qui contient tout ce potentiel pour grandir.

Vous ne tirez pas un semis en train de grandir pour qu'il aille plus vite ("dépêche-toi").

Vous préparez son environnement (eau, terre) et veillez à sa sécurité (soleil, vent). C'est tout. La graine va pousser d'elle-même et mieux encore si vous lui dites des mots gentils, du respect et que vous la laissez grandir à son rythme. 

Comme un pommier ne peut donner des cerises et qu'un éléphant ne peut grimper en haut d'un arbre aussi bien qu'un singe, chaque enfant a son propre potentiel et sa propre intelligence. Les intelligences sont multiples. Alors pourquoi s'entêter à imposer à tous les enfants un programme identique, une seule manière de faire pour tous? 

Etre pleinement éducateur est une vocation. L'enjeu est très important voire même capital avec des jeunes enfants. 

Les enfants sont les piliers de la société de demain. 

IMG_20190404_221453.jpg
IMG_20190404_221932.jpg